Qualité de l’eau
OBJECTIF : L’eau des lacs, étangs, rivières et ruisseaux du bassin du lac Champlain permet de maintenir une diversité d’écosystèmes, de soutenir des collectivités dynamiques et des paysages fonctionnels et d’offrir des activités de loisir pour tous.
Pour en savoir plus
La santé des écosystèmes
OBJECTIF : Des écosystèmes qui fournissent une eau potable à la consommation et favorable aux loisirs et un habitat intact, résilient face aux phénomènes extrêmes et libre d’espèces aquatiques envahissantes, où les poissons et la faune peuvent se multiplier dans toute leur diversité.
Pour en savoir plus
Vitalité des collectivités
OBJECTIF : Les collectivités savent reconnaître les ressources naturelles et culturelles et ont la capacité de mettre en œuvre des mesures permettant une gestion intégrée de ces ressources tout en maintenant des économies locales fortes.
Pour en savoir plus
Un public informé et impliqué
OBJECTIF : Les habitants et les visiteurs du bassin versant comprendront et apprécieront les ressources du bassin du lac Champlain et adopteront un sens des responsabilités qui se traduira par des changements de comportement et des actions visant à réduire la pollution.
Pour en savoir plus
Précédent
Suivant

Les quatre objectifs énoncés dans la version du 2017 du plan de gestion du lac Champlain Perspectives d’action (eau propre, bonne santé des écosystèmes, vitalité des collectivités et un public informé et impliqué) définissent le cadre d’une grande partie de l’action du LCBP, notamment de la version 2021 du Rapport sur l’état du lac et les indicateurs d’écosystème du lac Champlain. Ce rapport présente l’information la plus récente sur l’état du lac Champlain et de son bassin versant et souligne les résultats de certaines des mesures de gestion mises en œuvre pour atteindre ces quatre objectifs.

Récapitulatif sur l’état du lac

Par objectif

Dans la majorité des régions du lac Champlain, la qualité de l’eau demeure bonne, toutefois le lac ne répond pas aux objectifs du Clean Water Act (Loi sur la qualité de l’eau) pour tous les usages. Heureusement, en dépit des défis actuels, le lac continue d’offrir une eau potable de qualité et les résidents ont accès à des activités récréatives aquatiques la majorité du temps. Mais les efflorescences de cyanobactéries font obstacles aux activités de loisir durant les mois d’été, surtout aux endroits où les niveaux de phosphore restent trop élevés et ailleurs lorsque temps chaud persiste. Certaines plages sont occasionnellement fermées en raison d’une présence excessive de bactéries, généralement à la suite d’importantes précipitations. À l’échelle du lac, les avis de consommation de poisson restent en vigueur en raison du mercure, un problème touchant des lacs dans tout le Nord-Est, et les niveaux de chlorure augmentent mais restent bien en dessous du point où ils ont une incidence sur la qualité de l’eau potable. Les municipalités améliorent leurs réseaux d’égouts unitaires pour réduire la fréquence des surverses, qui peuvent déverser des agents pathogènes issus d’eaux résiduaires non traitées dans le lac.

Le bassin du lac Champlain offre un habitat à des milliers d’espèces indigènes, notamment plus de                70 espèces animales aquatiques et terrestres menacées et en voie de disparition. Cependant, les changements climatiques, les espèces envahissantes et les pressions exercées par les activités humaines sont autant de menaces qui pèsent sur la santé de l’écosystème du bassin. La reproduction réussie de la truite grise indigène a permis de réduire l’ensemencement pour cette espèce afin de maintenir l’équilibre entre prédateurs et proies dans le lac. La restauration de passages aquatiques a amélioré l’habitat du saumon atlantique, mais de nombreux systèmes restent fragmentés. Le taux de blessure du de la truite grise par la lamproie reste supérieur aux objectifs mais celui du saumon atlantique est proche des taux visés. Le couvert de glace au complet du lac Champlain se produit moins souvent que dans le passé récent, avec des effets sur les écosystèmes qui ne sont pas entièrement compris. Les efforts visant à réduire l’introduction de nouvelles espèces envahissantes portent leurs fruits, mais les populations établies restent nuisibles et de nouvelles menaces imposent de rester vigilants. Les effets négatifs de la châtaigne d’eau envahissantes ont fortement diminué grâce à une gestion efficace du problème.

Près de 40 % de la superficie du territoire dans le bassin du lac Champlain est protégée dans une certaine mesure, offrant un grand potentiel d’activités de loisir. La pandémie de COVID-19 a renforcé la nécessité de protéger les terres et les espaces publics. Les réseaux de sentiers de randonnée publics, les rampes de mise à l’eau et autres espaces de loisirs de plein air ont connu une augmentation de fréquentation considérable, au point où l’État de New York a dû adopter un système pour faire face aux trop grandes foules. Le LCBP et ses partenaires s’attachent à assurer l’accès des communautés autochtones et traditionnellement mal desservies aux programmes axés sur le lac dans l’ensemble du bassin. Le LCBP reconnaît l’histoire et la culture des peuples autochtones du bassin et convient que nous sommes tous responsables de la bonne gouvernance de nos ressources naturelles et culturelles.

Les programmes d’éducation sur le bassin versant ont atteint un public nombreux de tous âges à travers le bassin du lac Champlain, préparant les futurs intendants de nos ressources en eau. Durant la période 2018 à 2020, les intendants de rampes de mise à l’eau ont touché plus de 192 000 plaisanciers utilisant les rampes publiques, avec des messages portant sur les espèces envahissantes et d’autres questions de qualité de l’eau. Le centre d’information du LCBP à Burlington a reçu en personne plus de 70 000 visiteurs durant la même période. De nouveaux programmes ciblent des questions spécifiques, telles que l’incidence de l’entretien des pelouses résidentielles sur la qualité de l’eau ou les possibilités d’excursions scolaires. La pandémie de COVID-19 a ouvert de nouvelles perspectives dans le développement de programmes virtuels, qui ont permis de toucher des publics plus larges et vont probablement se poursuivre à l’avenir.

Par segment de lac