Comment les concentrations de phosphore sont en train de changer?


Les concentrations de phosphore dans le lac Champlain n’ont pas diminuées de manière significative malgré la réduction de phosphore provenant des eaux affluentes. Au contraire, les tendances à long terme depuis 1990 indiquent que les concentrations de phosphore dans plusieurs segments du lac continuent d'augmenter.

angler in algae

Des concentrations élevées de phosphore peuvent promouvoir l'excès de croissance des plantes et d'algues dans les baies peu profondes et chaudes. Photo: LCBP

Le phosphore est un élément nutritif qui, lorsque trop abondant, crée un impact négatif sur l’écosystème d’un lac. Ce constat est devenu une réalité pour plusieurs petits et grands lacs au niveau mondial et le lac Champlain ne fait pas exception. De plus, les eaux chaudes sont souvent plus productives que les eaux froides, supportant la croissance des algues et des plantes aquatiques comme l’algue bleu-vert qui prospère dans des milieux riches en phosphore. Par conséquent, les baies peu profonde et chaudes du lac Champlain sont susceptibles de se retrouver avec un excès de phosphore alors que l’eau profonde et froide du lac ne contient qu’une modeste concentration.

phosphorus concentration by lake segment graphic

Figure 3 | Concentration de phosphore par segment du lac Champlain, de 1990 à 2014.

La concentration de phosphore continue d’augmenter dans le secteur de Port Henry dans la partie centrale du lac, Northeast Arm comme la baie Missisquoi, de Saint-Albans, de Shelburne et de Malletts (Figure 3). Bien que légèrement à la hausse, la concentration de phosphore est restée relativement stable dans la partie centrale du lac. Aucune statistique illustrant une tendance à la hausse n’a été enregistrée dans les eaux du sud, dans le segment d’Otter Creek et dans la baie de Burlington et celle de Cumberland. La concentration de phosphore est le plus bas dans la partie centrale du lac ainsi que dans la baie de Malletts soit plus de 68% du volume total des eaux du lac. La concentration est à son maximum dans les extrémités du lac, soit la baie de Missisquoi au nord et les eaux du lac au sud, respectivement 0.6% à 0.8% du volume des eaux du lac.

La plupart des efforts en ce qui a trait à la gestion des eaux du lac se concentre sur la réduction de la concentration de phosphore mais il existe d’autres éléments nutritifs comme l’azote qui affectent la qualité des eaux du lac Champlain. Des récentes recherches ont souligné la corrélation existante entre l’impact des changements climatiques, comme le réchauffement des eaux de surface ou la dégradation de la qualité des eaux et le niveau présent de phosphore et d’azote. Ces changements affectent l’intégrité biologique du lac ainsi que la qualité de vie des espèces de poissons, plantes et autres organistes. Ils peuvent aussi déclencher la prolifération d’algues toxiques. (Pour de plus amples informations, consultez la section sur la santé et les toxines)

major causes of algae blooms sidebar
mother and child by Lake Champlain

Si nous réduisons tous la pollution du lac, nous protégerons la qualité de l'eau pour nos enfants et leurs enfants. Photo: Jeff Castle

La charge quotidienne maximale totale (Total Maximum Daily Load ou TMDL) représente un important outil de gestion aidant les entreprises à focaliser leurs efforts d’assainissement. Le TMDL correspond à la quantité totale d’un polluant qu’une masse d’eau peut recevoir quotidiennement tout en respectant les normes de qualité de l’eau et à partir de laquelle sont calculées les charges allouées à chaque source de ce polluant. L’agence pour la protection de l’environnement (US EPA) est mandatée par la loi fédérale sur la qualité de l’eau (Clean Water Act) pour utiliser cet outil de gestion afin d’évaluer les différents polluants. Dans le basin du lac Champlain, les TMDL ont été développés pour la plupart des pathogènes comme la bactérie E. coli ou les éléments nutritifs polluants ainsi que les dépôts de mercure et certains autres sédiments.

concentration and load graphic

Le US EPA élabore actuellement un nouveau TMDL pour le phosphore qui affectera la portion du lac située au Vermont. Ce nouveau objectif modifiera les responsabilités du Vermont établit selon le TMDL initial de 2002 entre les États du Vermont et de New York. Cependant, le nouveau TMDL n’aura aucune conséquence pour l’État de New York. Ce nouveau TMDL sera pour le Vermont beaucoup plus exhaustive puisqu’il tiendra compte des tendances climatiques historiques et futures dans la région afin de mieux prédire comment les changements de température et de précipitation peuvent affecter les quantités de phosphore se déversant dans le lac Champlain. La mise en ouvre de ce nouveau TMDL imposera l’application des pratiques de gestion (Required Management Practices ou RMP) que le secteur agricole, les entreprises, les résidents et communautés doivent respecter afin de réduire la pollution du lac.